Articles

Affichage des articles du septembre, 2009

Papillonant

Butinant Papillonnant Avant que ne tombe la nuit Avant que le jour ne s’éteigne Avant que ne vienne l'automne Le soleil épuisé se cache Derrière la colline Hier chenille Je me suis fait des ailes Pour butiner de fleur en fleur De fleurs du mal Aux magnolias paradisiaques Je veux franchir la montagne Avant que ne s’éveille le chacal Épuisé le soleil se cache Comme il est long Il est long le chemin Le ciel appartient à la lune Chantent les grillons Brillent et dansent les lucioles

Les rues de Babylone

Sur les vielles murailles de l'antique cité En millier d'invraisemblables histoires de vies infécondes Ils racontent leur monde Je connais les bas-fonds de la cité Quatre vingt treize cent Où quelque fois la lune est en trapèze Le tracé des lettres graffitis En symboles sanscrits quelque peu géométriques Kabbalistiques J'ai appris à marcher dans l'obscur de ses ruelles J'ai appris comme un recital La chanson d'un espoir déçu Le parfum du désespoir endort les esprits Je connais les bas-fonds Du ghetto de Babylone la grande Babylone la grande Et les enfants dans l'œil du cyclone Et les enfants en piquets aux pieds des immeubles Aux pieds des tours de ferrailles et de béton Je connais la bave et la morve Je connais l'immonde Le roman transcrit d'enfants mal aimés

Ce

Je ne sais Ce que je dis Bègue Mes mots Difficiles J'ai pris Le pinceau Les couteaux Et les couleurs Pour te tracer Des signes Pour te dire La chanson L'ardente chanson De mon cœur ET je ne sais Ce que je dis Je ne sais Ce que je dis Bègue Mes mots Difficiles