Parole du scribe


Je t'envoie quelques mots maladroits.
Ces mots incertains portent le sens que tu veux bien leur donner
Ils sont sans prétention et n'ont aucune vocation,
ni de conviction, ni de corruption,
Ils naissent instinctivement dans mon esprit désabusé...
Mais il y a en eux comme une étincelle
qui n'attend qu'un peu de souffle pour monter en flamme.
Sachant que toute vérité est relative,
je ne peux en détenir qu'une infime partie,
parce que tu en détiens certes de même
que tu peux avancer en confrontation.
Cette valeur que nous recherchons sans cesse,
depuis que nous nous sommes reconnus hommes ?
Ma part de vérité est dans mes mots humbles et timides.
Ils peuvent aussi  paraître brutaux ou emportés,
Mais dans ma nature, imparfaite et parfois même surfaite,
Je les veux apaisants et conciliants
Tel est mon souhait du fond de mon cœur transi.
Je les veux actuels mais universels.
Parce que d'ores et déjà je suis convaincu
Que "la vérité est un dialogue,
Où la thèse en est une vérité,
Où l'antithèse en est une autre;
"la synthèse"  est porteuse de vérité conciliatrice
Mais moi je suis pour la systémique,
Je suis pour une vérité globalisante,
Celle qui souvent appelle une entente consensuelle
Celle qui s'envisage dans une multitude de différences...
Je n'ai que ce cœur, ce corps, cet esprit éprouvé
Qui me font dire que je suis ce que je suis, fier et modeste.
Je suis debout dans cette arène
comme ce noir taureau dont la mort jubile la foule
Exposé à l'éphémère possession matérielle à outrance.
Je reste confiant, sachant que tout ceci n'est que vanité,
je veux encore donner l'amour à profusion,
même si j'ai le sentiment que j'en reçois moins,
je sais que la joie coule abondamment dans mes veines.
Je veux reprendre ma place dans le Verbe,
afin que mon âme se complète et se reconnaisse
dans le grand mystère de l'être,
parce que j'attends que la nuit m'accompagnent
Le chant et le rire des enfants
pour réaliser ce grand dessein.
Celui pour lequel nous sommes sur cette planète.
Tu sais autant que moi
Que nous ne sommes
Que cette terre, une motte d'argile.
Nous sommes des étoiles parmi les étoiles,
Astres bien aimés de Râ
Nous n'avons pas d'autre choix que de partager
Le sort qui nous est assigné

Je suis convaincu que notre destin est unique,
depuis que notre identité s'est confirmée,
convaincu que je me positionne, comme toi,
dans la culture et la philosophie de Thot,
Ayant appris et admis que j'étais
en d'autres temps et en d'autres lieu
le fidèle scribe  d'Akhenaton l'Egyptien ,
Aussi que mon regard s'est dessillé
que les termes de l'équation se sont équilibrés.

Il n y a plus eu de doute en moi.
Tout en moi s'est alors simplifié,
moi qui me croyais issu de rien.
Les descendants d'Alexandre, plus que tout autre,
M'ont infligé d'affres vicissitudes, soumis à une pénible et longue servitude,
Cela fait bien longtemps qu'ils me tiennent en asservissement
physique (économique), cultuel et culturel.
Longtemps assimilé à une bête de somme,

Je vais m'en libérer corrélativement,
Je dompte peu à peu la peur et l'ignorance
Mais je n'ai pas de haine dans mon cœur
Je sais qu'ils ne savent pas ce qu'ils font
Tenus par le lucre et la concupiscence
Peu à peu mon esprit revient
Ayant compris que l'amour est plus fort que tout
Plus fort que ce qu'ils nous ont présenté comme richesse
Eux qui croient détenir le pouvoir
L'amour reste ma seule solution, c'est d'elle que me vient la puissance
Je me sens au dessus de tout ce qui existe, l'Amour est ma divinité.
Elle se love tout au font de mon être
Elle est plus qu'une évidence
Ayant compris que je suis cet amour
Tout le reste n'est qu'illusion.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le suicide

Souvenir