Articles

Affichage des articles du janvier, 2015

Charlie

Mort pour un mot
Mort de liberté Je ne porte qu'un nom

Je m'appelle libre pensée
Otage d'un dogme
Du culte de la discorde

Je suis Charlie-Hebdo

Qu'importe les armes  D'une philosophie de violence Qu'importe la furie

Après moi d'autres se lèvent
Portés par le mot
A nul autre égal

Une seule aspiration La liberté est ma seule religion
Je suis la libre pensée

Je m'appelle Charlie-Hebdo

En dédale

Pas à pas Dans un silence insolent Il vient Pas à pas
Tel un chien Chasseur prudent Il traque sa proie Pas à pas
Pas à pas Suivant la trace Dans l'immensité Dans un dédale
Quand tu le veux A l'orient Il se trouve au ponant Dans l'obscur et le froid
Quand tu le cherches Au ponant Il se cache à l'orient Et au soleil se confond
Il te suis à la trace Lui qui connaît tout Du midi au septentrion Pas à pas de saison en saison

Le chemin

J'ai pris le chemin  C'est ma voie de salut Il fallait rester débout
Dans ce parcours Aussi long que le temps Au loin jaillit la lumière Dans le voile de brume

J'ai connu le désert Et ses nombreux mirages A l'ombre de mon ombre Se repose ma peine Que d'illusions
Que de chimères

L'horizon  inaccessible Rares sont les oasis Sur cette route de sable

Au calice d'amertumes J'ai bu toute ma peine  J'ai chanté et dansé sans haine Tout à mon chagrin

Mais je sais qu'il y a une issue
J'irai au bout cueillir
Le fruit de la consolation
Ma foi est mon salut
Il me faut rester debout




Ciel

En moi  ciel et  terre s'expriment Tout me ramène à l'unité Deux étant composition Un et deux sont une trinité Mon rêve une éternité En moi ciel et terre s'abîment Comme des vagues géantes

Lui

Lui qui a dit Sois Il a aussi écrit Crois J'ai cru et je suis Tel une croix Dans sa géométrie Débout face à l'horizon Comme un fleuve Aux mille affluents Qui courent en chantant Je suis comme l’arbre Aux branches orgueilleuses Qui narguent les vents En attendant le fruit Je dis qu'en lui je suis Et par lui dans une beauté sans égale Je suis l'étoile, je suis la lune Par sa sagesse infinie Et sa puissance incommensurable Quand je me regarde C'est lui que je contemple Il me voit dans son miroir Comme je me vois dans son regard Il est l'arbre dont je suis le fruit Je suis la graine et la fleur aussi Je suis son désir, pour son plaisir Je suis l'onde et lui mon lit de sable C'est lui mon air et mon feu Je suis la pierre de son édifice Il est dans mon chant du matin Quand à l'orient point Majestueux et glorieux le soleil Comme le verbe et la loi C'est lui qui façonne mon temps Que je fais et défaits sans cesse Au gré des vents et des saisons Commencement du commencement Il se renouvelle …